Conversation d'été Conversations La Femme Une Femme - Une Voix

Conversation d’été – Julie –

Là, dans cette nouvelle Conversation, il est question de paix, de danse, d’amour flou, de bébée, de balançoire, de l’été encore là. Il est question de doute, de peur, de créativité, et d’inconstance. Il est question d’Etre. Il est question d’amant, de corps, d’Anaïs Nin, de Duras, de Brigitte, de plantes vertes…Un très bel univers, poétique lui aussi, riche et inspirant à souhait. Ce sont les mots de Julie ..

Julie Fuentes et son univers, ses photos sublimes à retrouver ici : @poopoo_pee_doo

La vie de chacun d’entre nous n’est pas une tentative d’aimer. Elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Chère Julie, où es-tu, que fais-tu, qu’entends-tu ? 

Chère Cenina, je suis avec toi et dans ma cuisine à la fois, assise face à mon café. Il est 9h30, petit-déjeuner tout juste fini. J’aime bien laisser s’éterniser un peu ce moment, où tout le monde a quitté la maison, où je me retrouve seule. J’écoute le silence, souvent. Pas de musique, ni de radio. Juste le silence qui me permet d’entendre la petite voix en moi, de converser avec moi-même, de rêver. La fenêtre de cette pièce est un cadre sur la nature, côté jardin en étage: on y voit le ciel immense, aujourd’hui gris et bleu orage éclairé tout de même par le soleil qui doit transpercer quelque part – le gros pommier rond comme une pomme, le mirabellier tortueux, et tout au bout une colline-forêt. 

Présentes-toi, qui es-tu ?

Qui suis-je ? Ah ! vaste question…

Je m’appelle Julie, prénom que je porte je crois plutôt bien mais qui m’a souvent déstabilisé dans cette quête de moi-même… Il y a toujours eu et il y a encore tant de “Julie” partout où je vais, où je suis… Ca a été difficile d’un point de vue identitaire. D’autant plus que mon nom de famille est un nom d’origine espagnol très courant et que rien que dans ma famille on est deux à s’appeler littéralement pareil ! Aujourd’hui, je le vis mieux et j’ai une affection particulière pour les “Julie”. Du coup, j’aime les surnoms. J’en ai beaucoup, mais j’aime beaucoup celui que mon frère m’a donné petit : “tite Poupou”, devenu Poupou-Pidou pour mes univers photographique et créatif, en référence également à Betty Boop, Marilyn Monroe

J’ai 37 ans, je vis avec mon amoureux et je suis maman depuis bientôt un an. Je vais reprendre mes études là où je les avais laissées il y a seize ans… Un master MEEF option documentation. J’ai peur! J’ai souvent peur, et suis une angoissée. Mais tout le monde dit que je suis quelqu’un de fort sous une apparente fragilité. Je suis une amoureuse. Tout le temps, de tout, de tous, je tombe amoureuse mais je suis timide. Je manque de confiance en moi et me sens toujours illégitime. Je fais de la photo depuis petite, et de la danse africaine. Je suis une rêveuse et j’aime bien râler aussi.  

C’est l’été !  Qu’évoque cette saison pour toi ? As-tu toujours ressenti cela ? 

Ah l’été! C’est la saison de l’enfance pour moi. La fin de l’école, la famille, nos anniversaires à mon frère et moi puisque nous sommes de juillet, les vacances, le soleil, le vivre dehors en maillot de bain, à moitié à poil, les orages, la nuit les étoiles, la balançoire, mes grands parents, et les aventures avec Cousins et Cousines dont j’aimerais écrire un jour l’histoire, une ôde à l’enfance à la André Dhôtel et son [Le] Pays où l’on n’arrive jamais ou à la Alain Fournier et son [Le] Grand Meaulnes. L’été c’est tout ça pour moi, la saison qui se croque, se vit pleinement et légèrement. Je viens de passer un bel été, un été à bourlinguer, me poser, chez des amis, dans des lieux magiques, et en famille. Enfin! Après neuf années privée de vacances, c’était doux. Et puis, maintenant, la fin de l’été me réconcilie avec la rentrée puisque ma fille est née le 15 septembre, et qu’elle a décidé d’arriver en avance et d’être une môme de l’été, celui qui se termine, dans des bleus-gris, dans l’or encore, doux et magique. 

En été, quel est le moment du jour que tu préfères ?  

J’ai beaucoup de mal à choisir un moment que je préfère, ou une saison ou un plat en général. Mes préférés le sont au moment où je les vis… J’ai donc beaucoup de moments préférés, de saisons préférées ou de plats préférés. J’aime beaucoup les matins, petits déjeuners dehors, nus pieds, et la fin de journée, quand le soleil descend, bien tardivement… 

Raconte-moi ton quotidien en été, tes petites habitudes estivales, en quelques mots ..

Mes habitudes : retrouver mes copines, ma cousine, ou mes parents et aller manger une glace sur notre belle Place Stanislas, les meilleures jamais mangées ( cornet compris! ). Les apéros dans notre rue avec les copains – voisins, et les escapades pique-nique au bord de l’eau avec mon amoureux. Les balades de fin de journée avec notre Bébée. Et j’adore, les fenêtres ouvertes, faire entrer l’extérieur à l’intérieur, ou les persiennes closes pour que le soleil cogne moins fort au dedans. 

De quelle manière « cherches » tu à te sentir bien, à aller mieux, à être heureuse ?

J’aime avoir un intérieur rangé, propre, cocon. Ca m’aide déjà beaucoup à me sentir bien. Je fais attention à ce que je mange puisque intolérante au gluten et au lactose, fragile de l’intestin ( ce siège de nos émotions haha’) afin de me sentir bien. Pour aller mieux, la cohérence cardiaque à laquelle mon amoureux m’initie, la méditation mais j’avoue avoir beaucoup de mal en ce moment à prendre ce temps, le lâcher prise sur lequel je travaille beaucoup. Pour ce qui est d’être heureuse, je le suis d’aussi loin que je me souvienne… Comme toi, j’aime la vie, beaucoup! Je me suis souvent sentie privilégiée. La recette du bonheur pour moi est de savoir voir le beau, d’extraire d’une journée les belles choses, un petit bonheur, de faire briller les pépites du présent. Cela peut être un mot ou un regard, un ciel, le vent, une folie, une musique… Et puis écrire, photographier, danser… créer en somme me procure(nt) un bonheur incroyable. Depuis que je suis maman, pas facile de trouver ce temps pour moi. Et je crains que ma reprise d’études, ne m’y aide pas… 

Parle-nous de ta féminité … C’est quoi pour toi, être une Femme ?

Je suis née fille. Très midinette, à aimer plus que tout les jupes qui tournent, le rouge aux lèvres et les soutiens gorges. J’ai été fière la première fois que le sang a coulé. J’étais drôlement jeune, mais j’avais hâte d’être une femme. J’ai eu la chance de grandir dans un milieu où les femmes ne sont pas rabaissées. J’ai été éduquée et entourée de femmes fortes qui clairement portaient plus les hommes que l’inverse… Et puis, j’ai été moins féminine au collège après des quolibets sur ma jupe et mes collants fantaisie. Finie la féminité! Je m’habillais au rayon homme en taille L pour mes 1m50! Ma féminité dans ce sens de coquetterie est revenue avec mon premier amoureux. Aujourd’hui, je suis plus naturelle même si j’aime être coquette. Je suis heureuse d’être une femme entourée de femmes! Je suis tellement heureuse d’avoir eu une fille. Au delà de cela, je crois que ma féminité passe par mon hypersensibilité, le regard que je pose sur le monde. Selon moi, être Femme ne dépend pas de mon statut de femme ( conjointe ) ou de mère, et il ne s’agit pas non plus d’être égal à l’homme, mais d’assumer pleinement mes différences, et de m’accepter telle que je suis. 

Quels sont tes modèles, tes inspirations féminines ? Comment les rencontres-tu ? 

Betty Boop justement pour sa féminité assumée, sa sensualité et pour sa liberté, son indépendance et sa douce gentillesse et pour ses poo poo pee doo!

Marilyn Monroe aussi pour sa féminité assumée, sa fragilité et sa sensibilité. Elle était d’une modernité absolue, sensuelle mais refusant de rester enfermée dans cette unique boîte. Elle était d’apparence très légère mais au fond, elle ressentait le monde, elle était grave, brillante, férue de littérature et poète.  

Vanessa Paradis depuis toujours… 

Marguerite Duras, Anais Nin… 

Mes amies, ma maman, mon arrière-grand mère maternelle et les femmes en général, qui créent, qui pétillent, qui vivent pleinement. La femme insuffle la vie, c’est ça être une femme je crois

Et la solitude ? est-ce un moment recherché, attendu ou au contraire, subi pour toi ?

Comme toi, on m’a souvent dit “ toi, tu n’aimes pas être seule!” alors que je passais des heures et des heures dans ma chambre à m’inventer des histoires, écrire, chanter, rêver… Seule. Sans doute parce que j’aime beaucoup les gens, les autres, et passer du temps avec les gens que j’aime… Mais j’aime être seule, tellement. Je suis alors dans ma bulle, et toute ma créativité se déploie… M’extraire du monde, du temps et de sa course, des autres et de leurs émotions m’est nécessaire. Sinon, je m’y perds… Être devenue mère a été difficile pour cela : ma solitude a été mise à mal, tiraillée entre la fusion avec ce petit être et le manque de temps pour moi, à l’écart du monde.

Qu’évoque pour toi le féminin « sauvage » ?

Je crois que le féminin sauvage, c’est la femme en paix avec elle-même, acceptant sa part masculine et sa féminité, ses ombres et ses lumières, bien dans son corps et en accord avec sa tête… Celle qui entend la voix de son âme, suit ses instincts et crée. Le féminin sauvage c’est cette pulsion de vitalité qui  submerge, c’est la laisser jaillir : écrire, danser, jouir, hurler… C’est se défaire de nos croyances, notre éducation ou notre culture pour être soi.

A quels moments de ta vie t’es tu sentie libre et légère ?

A chaque fois que je suis tombée amoureuse… De quelqu’un, de quelque chose d’un lieu…

Quand j’ai vendu mon commerce, il y a un an et deux mois, un sacré fil à la patte. 

Lorsque je me suis séparée de mon grand Amour, en 2012, après dix belles années passées ensembles… J’étais malheureuse comme jamais de voir notre histoire battre de l’aile, et dans la souffrance, l’obscurité, j’ai trouvé en moi une force immense, un élan de vie, une lumière intense. Je suis revenue à la vie. C’était triste, mais cette fin m’a fait renaître… Je me suis sentie libre et légère. Cette période a été la plus riche en créativité de ma vie! 

Et à chaque fois que je suis créative, en dansant, en fabriquant, en écrivant, en photographiant, en chantant… 

As-tu déjà dansé sous une pluie d’orage ?

Oh lala Oui! J’aime danser, j’aime l’orage! 

La première fois, j’avais 18 ans et j’étais très très amoureuse… Je retrouvais mon amant, et j’ai fait tout le trajet à pieds, en traînant sur le chemin, dansant sous la pluie, sautant dans les flaques. Je suis arrivée trempée de la tête aux pieds. J’en garde un souvenir merveilleux. 

A une époque où j’avais beaucoup de temps, il m’arrivait de me précipiter dehors par temps de pluie, d’orage pour aller faire de la balançoire. J’adore ça, et le meilleur moment pour qu’elles soient libres ( les balançoires) , c’est quand il pleut.

Quand l’orage gronde et que je suis à l’intérieur, j’ouvre tout en grand et laisse entrer la pluie battante. 

Que ferais-tu d’une journée à toi ? 

Je laisserais le temps s’écouler, sans aiguilles… Je dormirais tard, et traînerais au lit… Je ferais des photos… Puis je traînerais au petit déjeuner en rêvassant, je lirais et j’écrirais peut-être. j’écouterais un podcast. Je prendrais un bain, et m’accorderais une pause soin, une bulle bien-être. 

Et juste une heure ?

Alors là, juste une sieste ou une méditation.

Quelle est ta manière de prendre du temps pour toi ? As-tu un rituel qui te fait du bien  ?

La salle de bain est un bon endroit pour ça. Le rituel du bain, c’est un peu récurrent chez moi… Ou encore, m’occuper de mes cheveux en laissant poser un masque naturel, les laver puis m’occuper de mes boucles. 

Mettre de la musique à fond et danser. M’occuper de mes plantes. 

Comment mêles-tu et combines-tu tes rôles de Femme Mère Épouse Amie ?

Je ne sais pas… est-ce que j’y arrive ? Je fais comme je peux… Plus jeune, mes amies m’ont souvent reproché mon inconstance… Je peux donner des nouvelles, en prendre souvent et puis tout d’un coup, plus rien… Il peut se passer des mois… Mais je reste très fidèle et on peut toujours compter sur moi… En tant que mère je débute. Je crois que cette combinaison se fera, naturellement et à ma façon… Et puis tous ces rôles se mêlent de toute façon, ils sont intrinsèquement liés sans que je puisse même dire de quelle manière… Je ne me pose pas cette question. Je suis

As-tu dans ton chez-toi, une chambre à toi, c’est à dire, un petit endroit rien qu’à toi pour rêver, réfléchir, te reposer, écrire, dessiner, créer ? Que représente cette pièce pour toi ?

Oh que oui ! Ma chambre… notre chambre oups! mais que j’ai drôlement investie… C’est une grande pièce juste sous le toit, avec une fenêtre ouverte sur le ciel, et une autre à ras le sol s’ouvrant sur un prunus et le canal… Un héron s’arrête souvent juste là, et des cygnes et des canards passent . Parfois il y a des pêcheurs. On y a notre lit, sur palette, un beau parquet en bois m’invitant à marcher nus pieds. Il y a ma bibliothèque, mes loisirs créatifs, mes bricoles ( mon amoureux a fabriqué un meuble fait de caissettes et un bureau ). Mon bureau face au canal, qui peut se déployer pour des travaux de groupe, mais qui n’accueille souvent que moi et un espace méditation avec futon au sol. C’est mon cocon, l’endroit où je me réfugie quand j’ai besoin de solitude, de m’extraire… Un endroit comme celui là m’est nécessaire, depuis toujours. Avoir une chambre à soi, un endroit à l’écart du monde.  

Cultives tu un jardin ? un petit bout de balcon ? qu’y fais-tu pousser ? Que ressens-tu quand ça pousse? 

Je cultive ce qu’on appelle une jungle urbaine. A l’intérieur donc. J’ai beaucoup de plantes chez moi, c’est très vert ! J’ai des pothos, des bégonias, des piléas, des monsteras, des plantes grasses, ficus et tant d’autres encore… J’ai des boutures  et je ne peux m’empêcher de faire pousser mes noyaux d’avocats! Et j’adore les avocats! Aussi, à l’extérieur, j’ai une cour bétonnée et un petit carré de terre… On a beaucoup de pots, et j’aime bien bouturer ou récupérer des rejets partout où je vais… J’ai des arbres en pots, tout petits mais qui poussent bien : un marronnier, un érable du japon, un érable, un gingko, des boutures de figuier… J’espère un jour avoir un grand jardin où les planter. Et puis des tomates , des courgettes, des herbes, de la menthe beaucoup… Mais cette partie me rend moins heureuse car nous avons du mal à récolter, nous sommes envahis de limaces et escargots!! Toute cette verdure me met en joie et égaye mon quotidien. 

Thé ou café ?

Café! Surtout le matin et après le déjeuner ! Et tisane en journée et soirée!

Lève-tôt ou couche-tard ?

Couche tard ! J’aime la nuit, la tranquillité qui y règne, le silence. Mais depuis que je suis maman, je dois bien dire que je me lève beaucoup plus tôt et que c’est bien agréable aussi… Mais vraiment, je ne suis pas du matin!

Le coin des p’tits préférés 

Comment s’exprime ta créativité ? Elle s’exprime tout d’abord par l’image… La photo puis l’écriture, le corps, le mouvement. Par mes mains, j’aime beaucoup “bricoler” … Dans le quotidien, je décore, je cuisine…

Qu’est-ce qui t’inspires ? Le ciel et la mer, la nature en général. Les autres, la musique, une lecture, la lumière dorée, les petites et jolies choses du quotidien.

Le coin des p’tits secrets de Reines

  • Une recette de saison adorée ? La tarte aux tomates : je déroule une pâte brisée sans gluten toute faite, je badigeonne le fond de moutarde, un peu de chapelure sans gluten, de la feta, des tranches bien épaisses de tomates du jardin, des herbes de provence et des olives noires. Après cuisson, je rajoute des feuilles de basilic.
  • Un secret de femme que tu souhaites confier, transmettre à d’autres femmes ? S’aimer, s’accepter comme on est, et les autres t’aimeront et te trouveront belle ! Sois bienveillante avec toi-même, voilà la clé… C’est bien, ça me fait une piqûre de rappel… 
  • Quand rien ne va, prends-tu extrêmement soin de toi ? – Si oui, de quelle façon le fais-tu ? C’est difficile. Mais s’il y a une balançoire pas loin, ça peut être ça. Une douche brûlante ou un bain, et dormir. 
  • Comment vis-tu le temps qui passe, le fait de prendre de l’âge, de changer physiquement ? As-tu une recette de jeunesse  ?   Jusque là, je le vivais plutôt bien… Mais depuis que j’approche de la quarantaine et que je suis devenue maman, avec le manque de sommeil j’ai plus de difficultés à accepter cernes et rides… Mais de manière général, j’aime bien vieillir, et c’est plutôt cool, au moins je suis là! J’espère vivre vieille.

Questions de Femmes à Femme

* Dans ta vie, y a t-il une chose que tu rêves de faire, mais que tu ne fais pas ? Quelle est cette chose ? Qu’est ce qui t’empêche de le faire ? Ecrire, vraiment! Un livre.Une histoire pour enfant ou un roman. Pour l’instant, le temps, et une certaine disponibilité mentale m’en empêche… Aussi, je rêve d’avoir une maison avec un grand jardin rempli de vieux arbres… Ce n’est pas le moment, puisque je reprends des études…

 * Quelle loi aimerais-tu faire voter pour faire avancer les droits des femmes dans notre pays ? Je ne sais pas… Peut-être un allongement du congé paternité à égalité avec la mère pour que la jeune maman se sente soutenue et qu’on ne lui préfère pas un homme pour un emploi pour cause de risque de congé mat’.

* Si tu acceptes de nous en parler, as-tu traversé un moment difficile dans ta vie duquel tu es ressortie grandie ? De quel manière ta vision de la Femme a-t-elle été modifiée par cet événement ? J’en ai parlé plus haut… Une séparation très douloureuse. Et oui, ma vision de la femme s’est émancipée : j’ai pris conscience que vivre pour soi et non pour quelqu’un était merveilleux. Je suis devenue plus indépendante, et j’ai appris à aimer la solitude, beaucoup… 

* Quelle est la chanson qui te fait vibrer et te sentir belle de l’intérieur, qui te fait danser, qui te fait fermer les yeux avec le sourire aux lèvres ? Plurielle et / ou A bouche que veux-tu du groupe Brigitte… Mais bon, y’en a tellement des musiques qui nous rendent belles, joyeuses, fortes !

Osez choisir de ne pas choisir

Et s’offrir l’infini des possibles

Oser l’envie, oser jouir

De ma liberté chérie et pourquoi pas

Entre les deux mon coeur balance

La fièvre ou la romance

Entre les deux mon coeur balance

L’enfer ou l’insouciance

La profonde la légère

L’important ou la guerre

La raison ou la prière

La femme ou la mère

Je n’ai pas de chapelle

Je veux tout et son contraire

Je suis plurielle

La femme et la mère

Osez choisir de ne pas choisir

Et s’offrir l’infini des possibles

Oser l’envie, oser jouir

De ma liberté chérie et pourquoi pas

Entre les deux mon coeur balance

La fièvre ou la romance

Entre les deux mon coeur balance

L’enfer ou l’insouciance

La fragile, la délinquante

L’ambitieuse, la battante

L’insoumise, l’obéissante

L’extravagante

Je n’ai pas de chapelle

Je veux tout et son contraire

Je suis plurielle

Plurielle – Brigitte

********

*   Une question que tu poserais , toi, à une autre femme dans une Conversation de Saison  ?  Si c’était à refaire, tu aimerais naître Femme ou Homme ?

* Partages-nous ta citation ( ou tes !) préférée(s) 

La vie de chacun d’entre nous n’est pas une tentative d’aimer. Elle est l’unique essai.

Pascal Quignard

Ce n’est pas une citation mais une locution latine utilisée notamment par Nietzsche et qui est tatouée sur mon poignet : AMOR FATI ou l’amour du destin.

Julie

Julie, merci de t’être prêtée au jeu, de m’avoir permis de ré-écouter Plurielle, bien sûr ! Merci de ces points communs, oui, tu as raison, que nous avons et que certainement d’autres femmes emporteront avec elles. Merci pour cette confiance, c’est toujours une grande émotion pour moi, de recevoir, de mettre en page, et de lancer au monde vos mots. Que cela fait du bien ! Bon courage pour la reprise d’étude qui te mènera où est ta place, il me semble. Tes mots sont magnifiques. Et la balançoire, merci pour la balançoire. N’oublions pas de voler , ailes ouvertes, dans le vent de cette seule vie !

Prenez soin de vous, prenez des bains, balancez-vous, allongez-vous au jardin, faites des siestes, et lisez !

Cenina.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *