Conversation d'été Conversations La Femme Une Femme - Une Voix

Conversation d’été – Marion –

C’est la fin de l’été qui s’annonce. Les mots et l’univers de Marion. C’est comme une boîte à bijoux précieuse, un parfum vaporeux, une ode à la féminité. Ça fait du bien. Lisez ! C’est divin.

Personne ne vous donnera une médaille à la fin de votre vie pour vous être sacrifiée pour quelqu’un, un homme, vos enfants. Vivez vos rêves. Tracez votre route.

Marion

Chère Marion , où es-tu, que fais-tu, qu’entends-tu ?

Je suis chez moi, assise à la table de mon salon. C’est le soir, les enfants sont couchés. J’entends de temps en temps des bruits de voiture dans ma rue, sinon tout est calme.

Présentes-toi, qui es-tu ?

Je m’appelle Marion, j’ai 36 ans. Je suis très contente de ce que j’ai fait de ma vie. Je suis une contemplative qui s’est révélée beaucoup plus dans l’action qu’elle ne le pensait, quand j’ai décidé de prendre ma vie en main.

C’est l’été ! Qu’évoque cette saison pour toi ? As-tu toujours ressenti cela ?

Nous arrivons à la fin de l’été. C’est une période délicate pour moi, l’été… Je n’aime pas la césure que je dois faire avec le monde. J’aime être entourée, travailler, avoir un rythme. J’ai toujours vu l’été comme une période pleine de promesses, et je nourris des sentiments ambivalents envers lui, car j’en sors souvent déçue. Pas assez de dépaysement, pas assez de rires, pas assez de sensualité. Finalement, depuis que je suis adulte, dans mon couple où je ne m’épanouissait plus, et depuis que je suis seule, je n’ai jamais connu un été de rêve. L’été semble appartenir à l’enfance.

En été, le moment du jour que tu préfères ?

Le matin. Les angoisses de la nuit se sont envolées, la journée est une page blanche à écrire. Et puis, marcher pieds nus avec sa tasse de thé en nuisette, c’est si bon…


Raconte-moi ton quotidien en été, tes petites habitudes estivales, en quelques mots ..

J’ai la chance d’avoir de longues vacances. Je lambine pas mal, mais pas un jour ne passe sans que j’ai fait cent choses. J’en profite pour ranger mon appartement, trier mes affaires. J’aime caler un coup avec une copine dans l’après-midi. Quand j’ai mes enfants, on ne fait rien de spécial non plus. Je n’ai pas vraiment d’habitudes estivales. Je les emmène en vacances, j’essaye d’être cool, de relativiser au maximum. Ca marche bien. Quand je suis seule en revanche, c’est beaucoup plus difficile moralement.


De quelle manière « cherches » tu à te sentir bien, à aller mieux, à être heureuse ?

Vaste question….je cherche à être heureuse de façon plus durable que quelques moments par jour.
Vivre seule est un sacerdoce pour moi car je ne l’ai pas choisi. Alors je me chouchoute, je me nourris intellectuellement, je ne fais que ce que j’aime. Je prends un grand plaisir à me faire belle. J’aime être très coquette, ça me donne de la force. Etre là pour les autres aussi, aider, écouter, cela me rend
heureuse en retour. Etre seule nous force à aller davantage vers les autres.


Parle-nous de ta féminité … C’est quoi pour toi, être une Femme ?

Je vais sûrement détonner dans le discours ambiant car je n’aime pas les dérives d’une approche non genrée de l’humanité. J’aime les contrastes. Je suis très à l’aise avec l’ultra-féminin, les beaux dessous, les robes, les ongles limés et peints. Mon péché mignon, les bas couture. Je suis attachée au charme, à la galanterie, au fait de voir dans les yeux d’un homme, ou l’entendre de sa bouche, que je suis une belle femme.

Pour moi être une femme c’est être soignée, c’est l’idée d’une certaine douceur, une empathie plus forte, une aisance à communiquer. C’est aussi pouvoir rire en rejetant la tête en arrière, balancer ses hanches. Utiliser son corps d’une façon unique, que les hommes ne peuvent pas faire.
C’est être différente de l’homme. Mais bien sûr, il y a du féminin dans l’homme et du masculin dans la femme, l’être humain est si complexe !

Quels sont tes modèles, tes inspirations féminines ? Comment les rencontres-tu ?

J’ai eu besoin très tôt de m’entourer de nombreux modèles. Je les ai trouvés dans les livres, dans les magasines féminins…mais aussi dans la vraie vie, heureusement. Marilyn Monroe pour tout ce qu’elle a
de fragile et de joyeux à la fois, Dita von Teese, exquise prêtresse du glamour, sont les noms qui me viennent en premier. J’aime aussi beaucoup Sophie Dahl, pour ses recettes, ses mots, et sa sensibilité,
Margot Robbie pour ses engagements…Plein d’autrices, d’intellectuelles, dont Annie Ernaux, Mona Ozouf, la critique littéraire Olivia de Lamberterie, des femmes politiques, mais il y a surtout une floppée
d’autres femmes, et oh comme je suis pleine de gratitude que la vie me les ait mises sur leur chemin…des femmes fortes, déterminées, qui ont courage, intelligence et hauteur de vue, pour m’aider à avancer, volontairement ou pas d’ailleurs…Pour cela, instagram est une mine d’or. J’en oublie plein !

Et la solitude ? est-ce un moment recherché, attendu ou au contraire, subi pour toi ?

Comme je l’ai évoqué, ma solitude est subie. J’essaye de la voir comme un moyen de trouver en moi des ressources insoupçonnées. Quitter un homme pour un autre qui ne m’a pas suivie est le grand traumatisme de ma vie. J’espère en guérir.


Qu’évoque pour toi le féminin « sauvage » ?

Pas grand-chose qui ne me touche, en vérité. Je regarde avec étonnement, envie peut-être parfois aussi, certaines femmes aller vers une approche organique, terrestre, de la féminité. Je crois que ça peut être un moyen pour celles qui se sont déconnectées de leurs corps de retrouver ce lien. Pour ma
part, j’aime me balader nue, je n’ai pas peur de parler de mes règles, j’ai adoré allaiter, je suis à l’écoute de mes sensations. De là à aller saigner en forêt, non. Mais je respecte.


A quels moments de ta vie t’es tu sentie libre et légère ?

Franchement ? Quand je suis sortie de ma soutenance de mémoire de Maîtrise, à Paris, et que j’ai descendu le boulevard Saint-Germain. Je ne sais pas pourquoi, je me suis sentie arriver à un point de ma vie qui allait m’ouvrir à tout le reste. Et j’avais raison. Depuis, mes réussites n’ont, hélas (?), pas eu ce goût de première fois.


As-tu déjà dansé sous une pluie d’orage ?

Non, mais j’adorerais !


Que ferais-tu d’une journée à toi ?
Et juste une heure ?

C’est la question que j’ai le luxe de pouvoir me poser fréquemment. Si j’ai une journée sans aucune contrainte, je lis en buvant du thé, je jardine, je fais un tour en ville, m’acheter du maquillage.

Si je n’ai qu’une heure, je fais le tour de mes plantes, je fais mon lit et je rêvasse.

Quelle est ta manière de prendre du temps pour toi ? As-tu un rituel qui te fait du bien ?

J’adore boucler mes cheveux avec des bigoudis, me maquiller. Quand ça ne va pas du tout, j’essaye mes chaussures et mes robes les plus sexy, celles que je ne mets plus, je me sens désirable dans mon miroir.

Comment mêles-tu et combines-tu tes rôles de Femme Mère Épouse Amie ?

Sans homme, je n’ai aucune difficulté à concilier tous mes rôles et j’espère que même quand je serai à nouveau en couple, je saurai sauvegarder cet équilibre.


As-tu dans ton chez-toi, une chambre à toi, c’est à dire, un petit endroit rien qu’à toi pour rêver, réfléchir, te reposer, écrire, dessiner, créer ? Que représente cette pièce pour toi ?

A partir du moment où je suis seule dans cette pièce, c’est n’importe où chez moi. Mais j’avoue que je suis souvent dans ma cuisine, à écouter France Culture en me faisant les ongles. Si j’écris, c’est à mon bureau ou dans le salon.


Cultives tu un jardin ? un petit bout de balcon ? qu’y fais-tu pousser ? Que ressens-tu quand ça pousse?

J’ai un lien viscéral avec la nature. Je dépéris entourée de béton. J’adore faire des mixed-borders à l’anglaise, les hortensias, et les rosiers surtout.


Thé ou café ? Thé


Lève-tôt ou couche-tard ?

Réponse de normand : ni l’un ni l’autre, 23h-8h c’est parfait ! Pour le travail, c’est souvent 23h30-6h30 et c’est limite…


Le coin des p’tits préférés


ton produit de beauté préféré ? Un rouge à lèvres rouge.
ton vêtement d’été préféré? Une robe cache-coeur très légère.
• ta crême préférée ? Je change tout le temps
ton thé préféré ? Le thé des moines du palais des thés
• ton film ( ou série) préféré(e) ? Les Hitchcock, et Madmen.
ton stylo préféré ? Mon stylo plume
ton resto préféré ? La brasserie Elxcelsior à Nancy
ta librairie préférée ? Toutes, avec une préférence pour celles avec un plancher.
• ton poème préféré ? Impossible de choisir. Le vase brisé de Sully Prudhomme ?
• ton livre sur la/les femme(s), et la féminité préféré ? Aucun livre sur les femmes en particulier.
Pour la féminité, la bible de Dita Von Teese.

ton « au choix » préféré ? Les parfums de glace

Le vase brisé

Sully Prudhomme

Le vase où meurt cette verveine

D’un coup d’éventail fut fêlé ;

Le coup dut l’effleurer à peine :

Aucun bruit ne l’a révélé.

Mais la légère meurtrissure,

Mordant le cristal chaque jour,

D’une marche invisible et sûre

En a fait lentement le tour.

Son eau fraîche a fui goutte à goutte,

Le suc des fleurs s’est épuisé ;

Personne encore ne s’en doute ;

N’y touchez pas, il est brisé.

Souvent aussi la main qu’on aime,

Effleurant le coeur, le meurtrit ;

Puis le coeur se fend de lui-même,

La fleur de son amour périt ;

Toujours intact aux yeux du monde,

Il sent croître et pleurer tout bas

Sa blessure fine et profonde ;

Il est brisé, n’y touchez pas.

René-François Sully Prudhomme, Stances et poèmes, 1865


Comment s’exprime ta créativité ?

Dans l’écriture. Et dans l’enjolivement du quotidien, surtout avec mes enfants.


Qu’est-ce qui t’inspire ?

La réflexion intellectuelle. Le beau. La nature.

Le coin des p’tits secrets de Reines


Une recette de saison adorée ? La salade de haricots verts. Avec plein d’oignons et une vinaigrette pas trop relevée, servie bien fraiche.


• Un secret de femme que tu souhaites confier, transmettre à d’autres femmes ?
Personne ne vous donnera une médaille à la fin de votre vie pour vous être sacrifiée pour quelqu’un, un homme, vos enfants. Vivez vos rêves. Tracez votre route.

Quand rien ne va, prends-tu extrêmement soin de toi ? – Si oui, de quelle façon le fais-tu ?
J’ai répondu à cette question plus haut.


Comment vis-tu le temps qui passe, le fait de prendre de l’âge, de changer physiquement ? As-tu une recette de jeunesse ?
Certes, l’apparition des rides, des cheveux blancs, est un peu dérangeante au début. Mais je suis assez confiante. Je trouve que ma mère vieillit bien, et comme j’ai beaucoup de ses gênes, ça me va. J’ai un peu plus peur de « forcir » comme on dit. Mais voir une fille très jeune et belle passer à côté de moi neme donne pas le bourdon. On acquiert aussi un charme avec les années, qu’elle n’ont pas encore…


Questions de Femmes à Femme

  • Dans ta vie, y a t-il une chose que tu rêves de faire, mais que tu ne fais pas ? Quelle est cette chose ? Qu’est ce qui t’empêche de le faire ?
    Non, pas vraiment. Je me donne les moyens de réaliser mes rêves.
  • Quelle loi aimerais-tu faire voter pour faire avancer les droits des femmes dans notre pays ?
    Déjà, si les lois existantes étaient appliquées tout le temps, ce serait super.

  • Partage-nous ta citation ( ou tes !) préférée(s):

Je ne me soucie pas de vivre dans un monde d’hommes, tant que je peux y être une femme.

Marilyn Monroe

« Vous pourrez être la pêche la plus mûre, la plus juteuse au monde, il y aura toujours quelqu’un qui déteste les pêches » (en d’autres termes, soyez vous-mêmes, on ne peut pas plaire à tout le monde…)

Dita Von Teese

Merci Marion pour ce trésor de confidences. Quel régal de te lire, il y a là toute la beauté et la poésie d’être une femme. Ça donne envie de rejeter la tête, de secouer ses hanches, sans se soucier de rien.. Merci pour cette beauté. Cenina.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *